A Cheikh Akhibou Niass: ” Tu es né pour aimer les créatures du Seigneur, Pour leur montrer le chemin et leur transmettre cet amour…”

0
121

J’ai trempé maintes et maintes fois ma plume dans l’encrier des mots
Et j’en ai posé pour Toi pour éviter de les crier tel un sot
Des phrases écrites avec mon cœur afin qu’elles Te parviennent
En lettres d’or Tu m’inspires donc j’écris pour Toi, homme de Médine
Ta Mère Asta Daour s’est enracinée dans sa foi intime
Pour atteindre les rives profondes de l’amour de Cheikh Ibrahim
Cheikh Akhibou, Tu es né pour aimer les créatures du Seigneur,
Pour leur montrer le chemin et leur transmettre cet amour
Qui mène à l’agrément. Tout est amour chez Toi, Saint homme,
Ton altruisme à nous dédié fut débordant, n’esquivant personne.
Tu as eu une position orbitale dans les sphères de Ton père
De Médine, Tu fus dépêché sur cet univers pour défricher nos terres
Depuis Ta formation au Maroc puis en Egypte à la science islamique,
Tu as déclenché des mystères les plus complexes du savoir faydatique.
En Maitre coranique, Tu es un des secrets cachés du Saint Coran.
Et Tu T’es penché sur les nobles leçons de Ton père, ce soleil couchant
Celui que Nul ne peut connaître sans aborder la voie qui mène à l’Exalté.
Toutes les faveurs des rives divines Maitre Akhibou Te sont acquises,
Tous Tes vœux sont exaucés par Ton guide au-delà de toute espérance.
Tu es un fils qui a suivi son père, qui a appris et qui est devenu soufi
Tu es Modestie et respectueux, un lion affrontant le monde et ses épines
Toi qui a modernisé la cité de Keur Assane Diassé mais aussi Kaffrine
Pour sécher les larmes de l’orphelin et des sidérés démunis,
Pour également extraire les païens de la sécheresse du cœur.
Et Te voilà qui pérégrine dans les stations des lumières superposées
Dans Ta fine modestie O Akhibou, Tu T’es « auto scruté » sainement
La nature témoigne de Ta véracité et dévoile Tes signes
Et la terre Te loue à chacun de Tes pas Maitre, je le signe
Car Tu es celui dont l’influence est partout ressentie
Un honorable guide, le fils adulé du grand Sifati Zati
Je marche vers Ta cour et chacun de mes pas est une aubaine
Pourquoi alors certains les perçoivent-ils comme une peine ?
Tu es le guide qui a levé le voile qui aveuglait le cœur
Qui a mis de la lumière dans les âmes qui sont en chœur
Tu as cheminé et chemine dans la voie de la purification du cœur
Et Tu as atteint une ascension spirituelle qui mène l’âme
Dans les degrés les plus élevés de la perfection suprême
Ton enseignement dans ce bas-monde est une lumière.
Ainsi je veux suivre Ton chemin jusqu’au jour où mon air,
De mon corps, sera séparée O charme extrême qui me retient à Toi!
Ton ouverture est exceptionnelle, gage de compréhension morne
De l’attitude de tout être humain qui se présente à Ta noble personne.
Ton silence est parlant et Ta parole est remède des âmes en quête de foi.
Tu n’as jamais montré que Tu es meilleur à ce que je sache,
Mais Ton comportement magnifique et exempt de reproche
Prouve à suffisance qu’en Ta chair est fécondée la principale
De la sainteté car Tu es très juste et infiniment équitable,
Aucun de ses enfants ne jouissait des dorures de son rang élevé
Du plus éminent des envoyés de Baye Niass que Tu es,
Révèle-moi Ton désir enfoui car vers Toi-même va mon amour
Aurais-je perdu la raison, que de vouloir à ce divin amour
Devancer la claire vision, ou nos regards de hibou se croiseront
Toi un marchepied de Baye, l’inflexible que seule la vérité peut fléchir,
O vent messager de mon roi, Sur Ton aile emmenez-moi je ne vais pas gémir
Auprès de mon unique joie, Ton père Cheikh Ibrahim, mon don.
EL HADJI ABDOULAYE FAM
MA PLUME, UNE LUMIERE QUI ÉCLAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici