Cheikh Omar Faty Diallo

0
219

Il fait partie des Compagnons de Baye NIASSE qui ont le plus marqué l’expansion de la Faydah en Sénégambie. Fils de Amath Maty NIASSE, demi-frère de El-Hadj Abdoulaye NIASSE le Grand, Baye Omar est né en 1912 à Niassène Walo dans le département de Nioro, région de Kaolack au Sénégal.
A très bas âge, il a perdu la vue, suite à une attaque de rougeole ; ce qui le conduit à rappeler toujours qu’il n’avait jamais pu distinguer la couleur du sang et du lait.
Interviewé dans le journal « Al Faydah » en 1992, il relate sa cécité ainsi que l’abnégation de ses parents à lui prodiguer un enseignement Coranique de qualité. Il fut emmené ainsi chez El-Hadj Abdoulaye NIASSE. Ce dernier le confia à Abdou Maty Thiam, un des enseignants de son école. Grâce à une mémoire prodigieuse que lui gratifia Allah (swt), Omar n’eut aucune difficulté à assimiler et maitriser le Saint Coran ainsi que d’autres connaissances.

A la disparition de El-Hadj Abdoulaye NIASSE en 1922, Serigne Omar âgé de dix (10) ans, récitait déjà plusieurs Sourates.IL le mémorisa intégralement à dix-huit (18) ans. « Je récitais les 114 Sourates sans la moindre faute », confia Serigne Omar.
Puis Baye Niasse ou Ibra Asta (comme  on l’appelait à l’époque), le pris en charge pour lui apprendre les autres disciplines de a religions, à savoir : La jurisprudence (FIQH), la grammaire, l’histoire et les sciences islamiques,… A cette occasion, pour l’encourager Baye lui disait : « Mon père t’a enseigné le Saint Coran, quant à moi je t’apprendrais toutes les sciences car l’apprentissage n’est rien d’autre que d’écouter et de bien retenir ».
Avec sa voix aimable et agréable, il a participé comme chanteur animateur à tous les Gamou de Baye Niasse de 1929 à 1975. Omar, maitrisant parfaitement les chansons sur le Prophète (PSL), de sa voix suave tenait en haleine les disciples venus nombreux assister aux recommandations et enseignements de Baye.
Il rappelait souvent que durant les premiers jours de la Faydah, après les séances de Wazifa, Baye lui demandait de psalmodier les poèmes faisant l’éloge de Cheikh Ahmad At-Tidjani. A l’issue Cheikh Ibrahim Satisfait de lui, prodiguait des prières à son endroit.
Il fut parti des 10 premiers talibés à être initiés à KOSSI. Etant à l’aise dans les descriptions de Baye, il disait souvent : « Baye Niasse en plus de ton titre Qoutbou et Qalifes de Cheikh Ahmad At-Tidjani, était un excellent poète et compositeur ».En effet Omar avait le privilège de chanter les nouvelles compositions Rythmées de Baye lui-même.
Après une formation complète Serigne Omar Faty Diallo NIASSE fut élevé au grade de Moqadem par Baye et delà, commença sa véritable mission de guide spirituel.
Auteur, compositeur Serigne Omar Faty Diallo NIASSE aimait faire des poèmes, des proses et des chansons sur le Prophète, sur Baye et sur les sciences exotériques parmi lesquelles : « Ina Cheikha Tidjani » (poème dédié à cheikh Tidiane), « Madjoubbi » (poème Ouolof, conseil aux initiés), « Djame djamouléne sénn Borom », « Barham Bahoune Wa rahoune » (poèmes dédiés à baye), etc.
En plus de son titre d’historien et témoin oculaire des premières heures de la Faydah, Serigne Omar Faty Diallo NIASSE enseignait les écrits sur la voies Tidjâniyyâ et ceux des soufis : « Diawahirul Mà hàny » de Aly Harazimi, « Al Hikam » de Ibn Atalahi, « Kàshifoul Al Bass » de Baye Niasse …
Sa vie durant, il était la référence incontestable en matière d’animateurs et commentateurs de Mawloud ; ainsi il animait plusieurs Gamou annuels : Dieupeul, Guinaw rail, Guédiawaye, Nguith et Linguère, Fouta, les iles du Saloum, Banjul, Serrekunda,…
Revenons sur le Gamou de Dieupeul que Baye Niasse lui avait confié en 1963/1964. En effet ,lors de la première édition ,Baye fit l’introduction et demanda à Serigne Omar Faty Diallo NIASSE de continuer ,très éloquent et maitrisant parfaitement son sujet , Serigne Omar Faty Diallo NIASSE avait sereinement animé le Gamou malgré la présence de Baye Niass à coté .A la fin de séance il obtient une mention très honorable et reçut les félicitations de Serigne Aliou Cissé ,premier Qalife de Baye : « Bravo ,Omar tu as été excellent ;tu n’as pas hésité ni montré un signe de tract même en sachant que Baye est dans la chambre d’à côté et qu’il t’écoute ! ».
Serigne Omar Faty Diallo NIASSE rétorqua : « Il n’y a rien à s’émouvoir, Baye nous a enseigné de bien écouter et suivre ; je n’ai fait qu’appliquer ses recommandations, c’est pourquoi je n’ai pas eu peur ! ».
Evidemment ,Serigne Omar est bien un des miracles de Baye Niasse que l’histoire retiendra pour toujours .Moqadem hors pair, érudit ,formateur attiré ,médecin ésotérique ,guide spirituel ,Baye Omar entretenait des relations privilégiées avec toute la famille de Cheikh Ibrahima Niasse descendants comme disciple parmi lesquels on peut citer : Serigne Aliou Cissé, Serigne Mbaye Niasse de Keur Madjabel ,El Hadji Abdoulaye Ibrahima Niasse  qui l’appelait souvent notre père ,Cheikhou Omar Touré de Ndoffane à qui il avait confié son fils Mouhammad Nazir Niasse ,Thierno Assane Dème …
Le Gamou de Nguith, l’un des premiers qu’il dirigea sur ordre de Baye Niasse depuis 1958, lui permettait de magnifier son amitié à El Hadji Omar Rokhy Guadji, Moqadem de Baye au Jolof, mais aussi de chanter ses toutes nouvelles compositions dédiées à la Hadara.
Appliquant l’orthodoxie dans la connaissance de la gnose divine, Serigne Omar Faty Diallo NIASSE surveillait rigoureusement la formation spirituelle des disciples et prodiguait un enseignement de qualité.
Il fut rappelait à Allah au mois d’Aout en 1996 et repose à Niassène Walo derrière Taïba Niassène, laissant derrière lui un héritage prodigieux. Les nombreux disciples qu’il a formés continuent de se distinguer dans cette noble voie si bien tracée ; on peut en citer Serigne Ali Ndiaye de Keur Malick avec résidence à Kaolack, Serigne Babacar Thiam Chanteur et animateur de Gamou, formateur, le « Niominka » qui n’a jamais péché de poissons mais qui a su amener les cœurs des croyants dans l’Océan d’Allah.
Retenons aussi dans ses compagnons, Mame Demba Thiam, Cheikhou Thiam, Baba Ndiaye dans l’animation des Gamous, Modou Diaw dans les poèmes « Bayou Norou Niasse » et « Yonou Chine », Omar Diassé, etc.
Nous ne saurions terminer sans rendre grâce à Allah de nous avoir gratifié Cheikh Ibrahima Niasse qui a formé un Handicapé visuel devenu lui-même Formateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici