A Zeyda Aïssatou Niass : “O Fille d’Adja Fatou Diop la diva du Saloum et de la Fayda “

0
173

ZEYDA AISSATOU NIASS
Mes pensées ne cessent de s’envoler vers Toi
Et de là j’ai su que je ne serai jamais loin de Toi.
Ton éloquence fut à la mesure de la femme idéale
Que Tu demeures auprès de Ton père, le multidimensionnel
Ta parole est le remède des cœurs et des âmes perdues.
De mon âme exilée, écoute la prière qui m’est venue
Tu es Maman Aïssatou, la clé de voûte de l’humanité
Car Tu as fécondé à Médine la quintessence de la sainteté.
Je voudrais comme Toi sacrifier ma vie pour Ton protecteur
Je voudrais lui donner et mon sang et mes pleurs…
O Fille d’Adja Fatou Diop la diva du Saloum et de la Fayda
Tu es Aïssatou homonyme de Mame Astou Diankha
O Sainte bien-aimé, je contemple Ton histoire ravie
De même que l’onde lumineux qui loge dans Ton esprit.
Je crois entendre encore Ta douce mélodie dans la joie,
Oui Maman, Ton céleste chant arrive jusqu’à moi.
Et je vole vers Toi Ya Aïda pour dire Tes louanges
Car Dieu a exalté Ta renommée même auprès des anges
Laisse-moi reposer sur Ton cœur, qui de haine, est démuni
Les rayons d’amour de l’Astre créateur qui me conduit
Vers Ta suprême majesté O Pilote d’âme Divine !
Vers les voies fastueuses dans la cité miraculeuse de Médine
Toi le pur produit du majestueux Daara universitaire de Rabbani.
Tu as reçu la Tarikha Tidiane des mains de Cheikh Ibrahim
O fondatrice des Dahiras Mame Astou Diankha le suprême
Je sens brûler mon cœur d’une nouvelle flamme
Et je voudrai Ya Aïda que la Mahrifa habite dans mon âme,
Par Ta grâce, O Planiste des Ziars je viens vers Toi Mame
Toi Sainte femme qui as converti pour la Fayda tant de cœurs!
Et voilà la Face de Cheikh Ibrahim qui Te montra sa lumière,
Le coran sacré repose sur Ton cœur et Tu demeures un saphir…
En reprenant aussitôt la voie divine avec un doux sourire:
Je marche dans Ta cour Revêtu de l’habit emblème d’innocence,
Tout en contemplant ravi Ta sublime puissance
Je vois dans les jardins du Ciel, Tes fleurs qui éclosent
Et j’entends vibrer Ta voie séraphique toute rose,
Je Te chante Sayda Aïssatou, cette sublime incantation,
En Te dévoilant ainsi mon amour dans ma céleste mission.
Cet amour qui ne craint pas et qui ne s’endort point
Sur le Cœur de ce nain de savoir comme un petit gamin…
Je dois Te voir bientôt à Kaolack sur la rive éternelle
Sur les flots orageux, alors guide en paix ma nacelle
Près de Ton Cœur divin, Ta sublimité, j’oublie tout ce qui passe
Ah ! donne-moi, Maman Aïda dans ce Cœur une place
O Mystère sacré ! que l’Amour a produit…
Accepte mon poème ‘’Adiya’’, rien que pour aujourd’hui.
Toi la subtile beauté, le nectar cacheté, femme au noble rang
Ton nom résonne partout, Toi effluve des jardins de l’omnipotent
Bénie soit Ton apparition sur cet univers au vert étendard
Je me soumets à Ta cadence et me fonds dans Ta lumière
O Mère Aïssatou! laisse-moi reposer sous Ton voile
Saint-ange gardienne des valeurs, couvre-moi de Ton aile.
Protège-moi et Eclaire de Tes feux la route que je suis
Viens diriger mes pas… aide-moi, je T’appelle et Te suit.

EL HADJI ABDOULAYE FAM
MA PLUME, UNE LUMIERE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici